Home Le 7e Cuir Histoires Les cuirassiers Le Maréchal de Camp Farine à Ligny et à Waterloo

 

 

Au sujet du Maréchal de Camp Vicomte FARINE

Commandant des 5e et 10e Cuirassiers à Ligny et à Waterloo


Au cours de l’élaboration du texte à inscrire sur la stèle en l’honneur du 5e Régiment de Cuirassiers (1) à PLANCENOIT, j’ai recherché le nom du commandant de la brigade qui comprenait les 5e et 10e Cuirassiers.
En consultant l’ouvrage du regretté Commandant LACHOUQUE intitulé « Le Secret de Waterloo », je lis à la page 307 que la brigade était commandée par le Maréchal de Camp Baron VIAL.
Dans un document intitulé « Ordre de bataille de l’Armée du Nord » transmis par le Colonel WILLING, ancien directeur du Musée de l’Armée à PARIS, nous trouvons le même renseignement.
Par contre, un ancien cuirassier du 5e Régiment, Monsieur NIVOLON (2), écrit que c’est le Maréchal de Camp FARINE qui commandait la brigade ayant à son tableau organique les 5e et 10e Cuirassiers. D’autre part, l’historique du 5e Régiment de Cuirassiers ne mentionne que les noms des Colonels ayant commandé le régiment.
Pour lever cette ambiguïté, je me suis adressé à Monsieur LANDRY, ancien Secrétaire Général du Souvenir Napoléonien et actuellement administrateur des « Amis de Ligny ».
Monsieur LANDRY s’est rendu au S.H.A.T. à VINCENNES et c’est là qu’il a trouvé la clef de l’énigme en puisant dans un document signé par le Lieutenant Général DELORT, ancien commandant de la 14e Division de Cavalerie à laquelle appartenait la Brigade FARINE.

Je vous livre l’essentiel de la pièce :

« Le Général DELORT, certifie en sa qualité de commandant d’une division de cuirassiers, pendant la campagne de 1815, que le Maréchal de Camp, Vicomte FARINE, commandant le 1ère brigade de cette division composée des 5e et 10e régiments de cuirassiers, a été blessé d’un coup de pointe à l’épaule gauche en chargeant à la tête de sa brigade sur le plateau de LIGNY, la cavalerie et l’infanterie prussienne.
C’est dans cette charge que le Feld-Maréchal BLÜCHER a été renversé de cheval et est resté longtemps au pouvoir de nos cuirassiers. Le Lieutenant Général certifie ensuite que le Maréchal de Camp FARINE a encore été blessé d’une balle à la tête à WATERLOO en chargeant les carrés anglais qui ont été enfoncés par la même Division de Cuirassiers ; qu’enfin le Général FARINE qui a eu trois chevaux tués sous lui a la bataille de WATERLOO, s’est particulièrement distingué dans la charge faite la même journée contre la brigade de cavalerie de la Garde Royale anglaise, commandée par Lord SOMMERSET et où cette même cavalerie a été mise en pleine déroute par les deux brigades de la Division ; c’est à dire par les 5e, 10e, 6e et 9e Cuirassiers.


(Sé) Le Lt Général député du Jura
Baron DELORT
Paris le 6 mai 1831 »

Le cuirassier NIVOLON avait raison.
Nous savons maintenant que le Général FARINE commandait la 1ère brigade de la 14e Division de Cavalerie comprenant les 5e et 10e Cuirassiers et qu’il a été blessé d’un coup de sabre à LIGNY. Cette blessure est fort probablement survenue au moment de l’attaque de la Garde (colonne de droite) appuyée par la cavalerie de MILHAUD à laquelle FARINE appartenait.

Chose étrange, les états de service ne précisent pas le commandement qu’il exerçait le 18 juin 1815. Il faut toutefois signaler que dans une lettre découverte par Monsieur LANDRY dans le dossier FARINE, ce dernier exprime une joie débordante du retour de l’Empereur.

Pierre Joseph FARINE du CREVE naquit en 1770 à DAMPRICHARD au lieu-dit « LE CREVE ». Volontaire du DOUBS, il combattit en Allemagne, en Espagne où encore Colonel, il fut fait prisonnier par les Anglais et se rendit célèbre par son évasion. Général de Brigade en 1813. Il rallie Napoléon en 1815.
Ce héros de la Grande Armée s’éteignit en 1833 et fut inhumé au cimetière de SANTENY (3).

Sa tombe porte l’inscription :

A LA MEMOIRE DE PIERRE JOSEPH VICOMTE FARINE
MARECHAL DE CAMP
GRAND OFFICIER DE LA LEGION D’HONNEUR
DECEDE A CHOIGNY LE 11 OCTOBRE 1833

par Pierre COUVREUR

Publié dans le Bulletin n°12 des Amis de Ligny


(1) Stèle inaugurée le 19 octobre 1991 avec le concours de l’A.F.E.W. et la Fondation Napoléon.
(2) Avenir et Traditions – Janvier 1992.
(3) Sud-est de Paris.


Répertoire mondial des Souvenirs Napoléoniens – M. Chappet – R. Martien – A. Pigeard – A. Roben.