Le manteau

Image Active

 

C’est en 1650 que le manteau commence sa carrière officielle dans la cavalerie mais en réalité il est plus ancien.

Amplement taillé dans du drap « blanc piqué de bleu » (gris) il permet de protéger l’homme et sa monture contre les intempéries.

Après 1791, on lui rajoute un grand collet appelé « rotonde », ce qui permet au cavalier de dégager ses bras tout en ayant le haut du corps à l’abri. Une bande de cadis à la couleur distinctive, large d’une quarantaine de centimètre , est cousue sur les pans de devant et le long de la fente arrière.

 

En parade le manteau est plié de manière à faire apparaître la couleur de cette parmenture. En campagne il est lié derrière la selle, mais les cuirassiers prennent l’habitude de le fixer sur l’avant en le ficelant sur les fontes, le tout étant recouvert de la demi-schabraque.

 

Officialisé en 1811, ce système permet de mieux protéger le ventre des cavaliers des coups de ses adversaires.

 

En 1812 on étudie un modèle plus confortable en ajoutant des manches, ce qui donne le manteau capote dont la distribution se généralise en 1813. Taillé aussi à ce moment dans du drap « blanc sale » (couleur originale de la laine).

 

 

Image Active

 

 

 

Le pliage du manteau.

 



Il y a deux méthodes selon que l'on place le manteau sur le porte-manteau ou alors sous la chabraque sur les fontes.

La première méthode correspond à celle REGLEMENTAIRE de la cavalerie lourde et la seconde à celle REGLEMENTAIRE de la cavalerie légère. Maintenant, nous savons que la lourde, au combat, attachait le manteau sous la chabraque afin de protéger le bas ventre du cavalier des coups de baïonnettes.

Voici ce que dit l'Ordonnance de 1804.

1. Cavalerie lourde:

Le manteau sera plié en deux, les parements en dehors; le derrière rabattu à gauche, la couture à hauteur du collet et le pli à la distance d'un pied environ; le devant sera renversé sur le derrière, et les pointes de devant qui déborderont seront repliées en-dessous pour ne former que la longueur du porte-manteau; on rabattra ensuite la partie du collet de 8 à 9 pouces environ, et le bas du manteau où se trouvent les échanteaux sera roulé de manière à le faire entrer entre le pan supérieur et celui inférieur du devant du manteau.
Cela ressemble à la méthode du pliage en portefeuille pour la capote d'infanterie.

2 Cavalerie légère:

Le manteau sera plié en deux, le revers de l'étoffe en dehors et les ailes renversées en dedans bien également; la tête du manteau sera aussi renversée en dedans jusqu'à la hauteur du capuchon, après quoi on le roulera bien serré, en commençant par la tête.

En ce qui concerne les sangles de fixation du manteau au porte-manteau, voici ce que le Hecquet donne: 42 pouces de long et 11 lignes de large.
Pour la sangle pour le fixer sur les fontes: 29 pouces de long et 11 lignes de large.